18 janvier 2008

Posté par Carine Fouquet à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2008

Oscar Bandini

Grazie a Oscar Bandini per avermi aiutata nella traduzione di Don Giovanni a Parigi...
Posté par Carine Fouquet à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2008

Ludovic Hary

Un véritable écrivain se laissait découvrir dans Nous nommer serait catastrophique, qui débute par la voix d'un homme mort contemplant du cercueil le défilé des endeuillés... Un premier roman captivant et parfaitement maîtrisé.Depuis Ludovic Hary a continué sa course enthousiaste dans les sentiers littéraires et son deuxième texte Sous la vitesse est à paraître en mars prochain aux éditions verticales.Par ailleurs ce "fou écrivant" propose régulièrement de très belles lectures de ses textes ou d'autres textes qui laissent... [Lire la suite]
Posté par Carine Fouquet à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Ad nauseam, Editions d'Ecarts, 2003.

Il était une fois... Une femme bienveillante et avisée par l'âge désire léguer à son très jeune époux un édifiant ménagier, pour lui servir après sa mort, en un temps où le masculin est honni, en un lieu où l'universel est féminin. Elle lui raconte comment, par amour de lui, elle brava l'interdit, protégeant sa naissance, comme autrefois, dit-on, la fille de Pharaon tira Moïse des eaux. Elle lui livre le conte de Vanon, paradigme de l'époux soumis et doux, d'une docilité aussi inhumaine que le fut celle de Grisélidis au Moyen Âge.... [Lire la suite]
Posté par Carine Fouquet à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Don Giovanni a Parigi - Incipit

- Il vostro fuoco interno si consuma ?- L’uomo semplicemente assentì.- Allora avanti !La seguì nel vestibolo e notò un crocefisso fluorescente come ad indicare un’uscita di emergenza all’entrata della sala di consulto. Lei gli lasciò il tempo per rilassarsi, lasciarsi ispirare dallo spirito del luogo. La poltrona in cui andò a sedersi sposava le sue forme, come se il corpo dei molteplici uomini che l’avevano preceduto avesse preparato la sua venuta.- Vengo per un consulto generale…Lei rimase concentrata un attimo che a lui sembrò... [Lire la suite]
Posté par Carine Fouquet à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Les sandales d'Antigone...

Aujourd'hui, lundi 10 avril, je vais chercher Papa. Il va reprendre le métropolitain pour la première fois depuis très longtemps. Un voeu s'impose comme lorsqu'autrefois on goûtait la première fraise de l'été. Les bourgeons sur le chataîgner annoncent le printemps. Le ciel est clair et le temps de saison. Comme les enfants qui chantent dans le noir pour faire taire la voix de la pensée terrifiée par l'imagination, je feins d'être brave.Personne ne m'accompagne pour te sortir de là... Un petit souci administratif à l'entrée parce que... [Lire la suite]
Posté par Carine Fouquet à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2008

Parmi cette foule d'hommes insensés...

Posté par Carine Fouquet à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Parmi cette foule d'hommes insensés... Incipit

Le bourdon fait son œuvre et vrille les tympans proches. Plusieurs nuits que je ne dors plus en l’attente.Tels des draps étendus sur fils en nombre et battant au vent, les vagues se forment, avancent, viennent en grossir d’autres et s’éteignent, adminicules finis de l’infinie marée, agitées par les mains d’invisibles lavandières, d’un bout à l’autre de la baie.Plage étale livre aux regards des badauds les filets des pêcheurs, moisson de livres aux pages gaufrées par l’onde. Une couverture attire mon regard, manuscrit hollandais aux... [Lire la suite]
Posté par Carine Fouquet à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Parmi cette foule d'hommes insensés. Note d'intention

Il serait une fois… plusieurs voix. Un frère, une sœur, une mère qui fut épouse s’expriment ici, donnant à voir une réalité polyphonique, où le silence est d’or et chaque parole susceptible de signer un arrêt de mort. Entre cinéma intérieur et réalité paroxystique, j’ai voulu dérouler certaines des absurdités de notre temps, où les rapports virtualisés nous font oublier la chair et la saveur de notre humanité même.A ces trois êtres, aucune expérience ne sera épargnée pour sortir d’un monde aseptisé et retrouver l’incarnation,... [Lire la suite]
Posté par Carine Fouquet à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2008

Copyright

Les textes et les images de ce blog sont la propriété de leur auteur. Toute reproduction (hormis une citation qui en précisera la source) sans son autorisation expresse est interdite. Je remercie donc par avance celles ou ceux qui souhaiteraient les reprendre ou les utiliser de bien vouloir s'adresser à moi. Cordialement, Carine Fouquet
Posté par Carine Fouquet à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]